mardi 17 février 2009

Cocotier et conservation des ressources génétiques

Le cocotier a été introduit dans l'océan Pacifique à partir d'Asie du Sud-est il y a plusieurs centaines d'années (Lepofsky et al., 1992). Les polynésiens ont sélectionné des cocotiers adaptés à différents usages, notamment en introduisant successivement ces cocotiers sur de nouvelles îles. Ils ont contribué à la création de nombreuses variétés dont la diversité morphologique est spectaculaire. Le cocotier est devenu partie intégrante de l'art de vivre des polynésiens. La figure 2 donne une image de la variabilité existant au niveau mondial pour les fruits du cocotier.
De 1870 à 1930, à la suite du développement du marché international du coprah, le nombre de cocotiers plantés en Polynésie Française a été multiplié par un facteur très élevé, probablement de l'ordre de 80 à 100 (Guérin, communication personnelle). Sur les sols coralliens, la plantation de la cocoteraie a été réalisée à la fin du siècle et renouvelée en partie à la suite des importants cyclones de 1903 et 1906. Dans les îles hautes, une cocoteraie intérieure de vallée a été plantée après la première guerre mondiale.
Au cours des deux derniers siècles, la population polynésienne a fortement diminué, ce qui a inévitablement provoqué une perte de savoir traditionnel (Juventin, 2003). Les changements socio-économiques brutaux qui ont affecté la Polynésie lors du XXème siècle ont ensuite accentué cette perte de savoir traditionnel. En ce qui concerne le cocotier, les variétés qui avaient été patiemment sélectionnées au cours des millénaires par les polynésiens (Henry, 1928) se sont progressivement diluées dans la masse des cocotiers sélectionnés et utilisés essentiellement pour produire du coprah. Les cyclones successifs, notamment lors des années 1980, ont aussi fortement affecté la cocoteraie (Dupon, 1987).